Famille Hoisnard

La famille Hoisnard est une famille du Comté de Laval, qui a fait fortune dans le négoce en toiles à Laval. La famille est connue à Laval dans le commerce et la magistrature, et titrée de la Provôterie (Ahuillé), la Malonnière (Houssay), Cormeré (Bonchamp-lès-Laval).

Le lieu de Cormeré (Cormeray) dont les Hoisnard se titrèrent en 1670 est en Bonchamp-lès-Laval.

Plusieurs extraits de correspondance montrent les relations et les associations d’intérêt qui existaient, au point de vue commercial, entre les négociants lavallois et les armateurs malouins. Au moyen de fragiles constructions que la moindre tempête pouvait livrer aux périls de la mer, ils ont été à la découverte de pays méconnus pour entrer en relations commerciales avec leurs habitants.

En 1712, les voyages à la Mer du Sud sont interdits en principe miami football jerseys. Louis XIV, dans une situation difficile pour discuter de la paix a voulu donner des gages de sa bonne volonté. Elle a défendu les expéditions qui peuvent laisser penser que la France profilte largement des richesses de son alliée l’Espagne. En réalité, les armateurs de Saint-Malo, soutenu par le Secrétaire d’Etat à la Marine Jérôme Phélypeaux de Pontchartrain obtiennent des permissions exceptionnelles d’armer pour la Mer du Sud. Ceux qui n’en obtiennent pas s’en passent, et comme il faut malgré tout sauver les apparences filtered water bottle, disent qu’ils vont seulement à Cadix ou aux Isles, ou ils ne disent rien et prennent le large avec leur bateau. Le ministre et ses agents à Saint Malo international football shirts, menacent parfois des pires représailles, mais en vain green glass bottle water. Les bateaux partent, et le Saint-François qui met les voiles en novembre 1714 est du nombre des fraudeurs alors que le monopole de l’Espagne est plus strict que jamais. Le Saint-François appartient à l’armateur nantais Joachim Descazaux du Hallay. Il part sous le commandement de son propre neveu, Joachim Darquistade. On trouve dans les cales toutes sortes de marchandises, dont des toiles de Laval expédiées par le négociant Ambroise Hoisnard de Laval en novembre 1713, et confiées à Nicolas Magon de la Ville-Poulet.

Le Fonds Couanier contient deux volumes de consultations de René Pichot de la Graverie et deux volumes des causes jugées à Laval par Ambroise-René Hoisnard.

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article..