Edmond Duvernoy

Edmond Duvernoy (* 16. Juni 1844 in Paris; † 12. Januar 1927 ebenda) war ein französischer Opernsänger (Bariton) und Gesangspädagoge.

Edmond Duvernoy wurde von seinem Vater, dem Sänger Charles-François Duvernoy, ausgebildet. 1872 debütierte er an der Opéra-Comique in der Rolle des Mercutio in Charles Gounods Roméo et Juliette. 1876 sang er in der Uraufführung von Georges Bizets Oper Carmen die Partie des Moralès.

Bei einer Privataufführung von Jacques Offenbachs Hoffmanns Erzählungen 1879 in dessen Wohnung begleitete er seine Frau, gleichfalls eine Opernsängerin, die die weiblichen Hauptrollen übernommen hatte, am Klavier.

Von 1887 bis 1910 war Duvernoy Gesangsprofessor am Conservatoire de Paris. Zu seinen Schülerinnen zählten u. a. die Sopranistinnen Aino Ackté, Antoniette Laute-Brun und Anna Edström.

Bekannte Schüler von Edmond Duvernoy waren Agustarello Affre, José Delaquerrière, Pauline Donalda, Oskar Braun und Hariclea Darclée, Puccinis Tosca der Uraufführung (1900).

Winter Acoustic “Kalafina with Strings”

Albums de Kalafina

Winter Acoustic “Kalafina with Strings” est le 6e album de Kalafina sorti sous le label Sony Music Entertainment Japan le au Japon.

Cet album studio est proposé en parallèle d’une série de concerts acoustiques traditionnellement proposée en hiver par le trio. Il composé exclusivement de reprises acoustiques de tubes du groupe ainsi que de chansons classiques de Noël, ainsi qu’une piste inédite. Il ne sort qu’en édition CD simple. Il arrive 15e à l’Oricon. Il se vend à 9 019 exemplaires la première semaine et est resté classé 6 semaines pour un total de 12 474 exemplaires vendus.

La Mitis

Géolocalisation sur la carte : Canada

Géolocalisation sur la carte : Canada

La Mitis est une municipalité régionale de comté (MRC) située dans la région administrative du Bas-Saint-Laurent au Québec au Canada. Son chef-lieu est la ville de Mont-Joli. Elle a été créée le . Elle comprend 16 municipalités et deux territoires non organisés.

Le toponyme « Mitis » ou « Métis » est relié à la rivière Mitis qui a été nommé ainsi par les Amérindiens de Restigouche. Il s’agit d’une déformation du mot micmac « mitisk » qui signifie « bouleau » ou « tremble » en référence aux nombreux arbres de ces deux espèces présents sur les berges de la rivière.

Dans l’ensemble, le territoire présente des formations rocheuses sédimentaires et métamorphiques plissées et le relief comprend trois grandes formations géomorphologiques. En bordure du littoral, on retrouve, à certains endroits, des parcelles des basses-terres du Saint-Laurent. Immédiatement au sud, il y a la zone de contrefort formée de terrasses d’argile marine recouvertes de dépôts de sable et de gravier. Cette bande en gradins assure la transition entre les basses-terres du Saint-Laurent et le plateau appalachien. La zone de contrefort ainsi que celle des basses-terres du Saint-Laurent occupent un espace réduit en bordure de la rive du fleuve. Leur largeur diminue à mesure que l’on se déplace vers l’est : environ 7 km à Sainte-Luce, alors qu’elle atteint moins de 2 km à Métis-sur-Mer. C’est sur cette bande côtière que l’on retrouve les meilleurs sols agricoles de la MRC ainsi que les plus fortes concentrations urbaines.

Les vallées des rivières Mitis et Neigette auraient été envahies par les eaux de la mer de Goldthwait. Ceci expliquerait que l’on retrouve, à la hauteur des municipalités de Saint-Donat, de Sainte-Angèle-de-Mérici, de Saint-Joseph-de-Lepage et de Saint-Octave-de-Métis, des sols composés de matériaux meubles d’origine marine. La composition de ces sols est favorable aux activités agricoles.

Au sud de la MRC, dans les municipalités des Hauteurs, de Saint-Charles-Garnier, de La Rédemption et dans les territoires non organisés, le roc affleure à de nombreux endroits et les dépôts meubles qu’on y retrouve sont de faible épaisseur. Le relief y est accidenté et comprend de nombreux lacs.

Le réseau hydrographique du territoire est principalement marqué par la rivière Mitis. Son bassin de drainage totalise une superficie de 1 828km 2. Ses principaux affluents sont les rivières Mistigougèche et Neigette. On retrouve deux centrales hydroélectriques sur la rivière Mitis. Afin d’assurer l’alimentation régulière de ces centrales, Hydro-Québec maintient trois barrages sur la rivière Mitis et un à la tête de la rivière Mistigougèche.

On retrouve peu de lacs de grande dimension sur le territoire. Les lacs Mitis (21 km2), Mistigougèche (7 km2) et des Eaux-Mortes (4 km2) sont les plus grands.

Le territoire mitissien jouit d’un climat continental humide dû à l’influence de l’estuaire du fleuve Saint-Laurent. L’intérieur des terres offre un climat quelque peu différent en raison de l’éloignement du littoral ainsi que de la différence d’altitude. Ainsi, les températures d’été sont généralement les mêmes à Mont-Joli et à Saint-Charles-Garnier, par contre, l’hiver, les températures sont sensiblement moins froides à Mont-Joli que sur le bord du fleuve.

Malgré l’influence maritime, la MRC de la Mitis reçoit en moyenne moins de précipitations que la région de Québec avec 945,2 mm à Mont-Joli contre 1 218,3 mm à Québec.

Les premiers occupants du territoire furent les Malécites qui venaient pêcher l’anguille et le saumon à l’embouchure de la rivière Mitis. Cette rivière était le lien entre le fleuve et leur territoire habituel situé dans la région de la baie des Chaleurs. En 1689, la première seigneurie du territoire fut cédée par le gouverneur de l’époque à Sieur François Pachot, marchand de Québec. Ce dernier établit son fief en bordure de la rivière Mitis. Le domaine Pachot s’étendait sur un mille et demi de large de chaque côté de la rivière et sur trois milles, de l’embouchure vers les hautes terres. En 1693, une seconde seigneurie située tout autour du lac Mitis, fut concédé par le gouverneur Frontenac à son filleul. Cette seigneurie n’a jamais été habitée. En 1696, Frontenac octroya une nouvelle seigneurie à Louis Lepage et à Gabriel Thivierge, son gendre. Cette nouvelle seigneurie se situait à l’ouest de la seigneurie Pachot. Malgré l’octroi de ces seigneuries, ce n’est que vers 1790 que la colonisation s’amorce pour de bon sur le territoire mitissien. À cette époque, les premiers défricheurs provenant des vieilles paroisses de Kamouraska, et de Trois-Pistoles fondèrent les municipalités de Sainte-Luce et de Sainte-Flavie. En 1830, quelques familles de paysans ouvrirent le 3e rang de Métis qui deviendra en 1855, la paroisse de Saint-Octave-de-Métis. Déjà à cette époque se trouvaient plusieurs moulins à farine et à scie sur le territoire. Grand-Métis était alors un poste maritime important. On y retrouvait un quai, encore visible de nos jours, à l’embouchure de la rivière Mitis, un moulin à farine et un moulin à scie le long de ruisseau Brand. Vers 1880, le chemin de fer fait son arrivée dans la région favorisant l’expansion et le développement de Price, Sainte-Flavie-Station (aujourd’hui Mont-Joli) et de Sainte-Luce-Station (aujourd’hui le secteur Luceville de Sainte-Luce). À bien des égards, le peuplement de La Mitis semblait terminé au début des années 1920. Toutefois, la crise économique de 1929 poussa le gouvernement à lancer une nouvelle campagne de colonisation. Les paroisses agro-forestières, de La Rédemption et de Saint-Charles-Garnier furent ainsi créées. Cette croissance démographique dura une trentaine d’années. À partir des années 60, la population mitissienne subit une importante baisse de sa population au profit des grands centres urbains.

L’économie de la MRC de La Mitis s’appuie en grande partie sur les secteurs primaire et secondaire (exploitation forestière, agriculture et transformation de la matière ligneuse). En 2001, le territoire de la MRC comptait 16 055 habitants de 15 ans et plus et 45,8 % de cette population possédait un emploi. Le taux d’activité, qui mesure la proportion des personnes occupées et des chômeurs à la recherche d’un emploi, était de 54,2 %. Ce taux est bas comparativement à celui du Québec, qui se situe à 64,2 %.

Les emplois reliés à l’exploitation des ressources naturelles sont proportionnellement plus nombreux dans la MRC que dans l’ensemble du Québec. En 2001, les travailleurs de ce secteur occupaient 11,1 % des emplois dans la MRC contre 3,9 % pour le Québec. La forêt s’avère être, de loin, la ressource la plus importante du territoire de la MRC. Elle constitue d’ailleurs l’industrie première de plusieurs municipalités et génère un grand nombre d’emplois. L’activité forestière domine sur les autres activités, en regard de sa valeur totale en produits transformés. L’agriculture joue également un rôle très important au niveau du développement économique, avec des revenus de l’ordre de 32 millions de dollars en 1997. Cette même année, 311 entreprises agricoles procuraient de l’emploi direct à 378 personnes.

Le secteur secondaire regroupe 1 440 travailleurs, soit 17,9 % des travailleurs de la MRC, ce qui est inférieur au taux québécois qui s’établit à 22,2 %. À elles seules, les cinq usines de sciage (Bowater inc., Cedrico, Lulumco, Félix Huard et Bois BSL) emploient 410 travailleurs en usine (4) . La MRC compte quatre principaux secteurs industriels : la forêt, la construction, l’agriculture et le bio-alimentaire et enfin, les équipements de transport terrestre. On y trouve aussi une fonderie qui récupère des métaux et leur donne une seconde vie.

Le secteur tertiaire regroupe 5 708 personnes, soit 71,0 % des travailleurs de la MRC. La plupart de ces emplois sont localisés à Mont-Joli. C’est dans cette municipalité que l’on retrouve le Centre mitissien de santé et de services communautaires, l’école polyvalente et la plupart des bureaux gouvernementaux.

Le Carrefour de la littérature, des arts et de la culture (CLAC) vise à rendre la culture accessible à tous et à proximit. Sa programmation annuelle est d’abord offerte sur le territoire de La Mitis mais aussi dans les MRC de La Matapédia et de Matane. Le CLAC touche a différentes formes d’arts : la littérature, la musique, la scène, les arts visuels, le cinéma, l’histoire et le patrimoine. Il organise une tournée d’auteurs et d’artistes, des thés littéraires et une activité intitulée « Des mots sur les planches ».

L’écrivain québécois Jean-Marc Cormier est un résident de la MRC de la Mitis où s’est déroulée une grande partie de sa carrière en communication.

La Mitis est desservie par la commission scolaire des Phares.

La municipalité régionale de comté de La Mitis comprend seize municipalités locales et deux territoires non organisés.

La Mitis est une région pastorale de l’Archidiocèse de Rimouski divisée en 19 paroisses, dont 17 se trouve dans la municipalité régionale de comté :

Matthew Miles

Matthew William Miles (born 23 March 1968) is an Australian veterinarian, businessman, and executive in the Australian health industry. He has received national recognition for his role as the Chief Executive Officer of MS Research Australia, Australia’s largest not for profit organisation, which won the 2017 Telstra Business Awards Charity of the Year and 2017 NSW Business of the Year under his stewardship.

Matthew Miles was born on 23 March 1968 in Temora, New South Wales, to Jennifer Jessica Miles (née Cook) and Michael John Miles. The family settled in Sydney in 1970, when Miles was two, where they remained for the following nine years. Significant health issues due to heart disease plagued Michael Miles throughout his son’s childhood, and as a number of strokes and heart attacks progressively disabled his father, Miles became more intimately involved with his care. Miles credits this experience, in conjunction with his father’s premature death at the age of forty-four in 1979, for his interest in disability medical research.

Following his father’s death, the Miles family moved to the Gold Coast. Here, Miles attended Keebra Park State High School (which has also produced Rugby League stars such as Benji Marshall) until graduating in 1985.

Miles studied Veterinary Science at The University of Queensland from 1986-1991 and upon graduating, spent two years in Mosman and Lane Cove working with Stephen Van Mil, an Australian veterinarian who later became a well-known television and film personality. Miles subsequently lived and worked across numerous veterinary placements in the UK before moving to Singapore in 2000 with his wife, Caroline. Upon returning to Sydney in 2003, Miles continued to practice as a veterinarian until 2007, at which time he decided to pursue his interest in community engagement, fundraising and disability medical research.

From 2007 to 2012, Miles served as the Director of External Relations at the University of New South Wales (UNSW) Medicine, during which time he concurrently completed a Masters of Business Administration through UNSW. In May 2012, Miles took over as CEO of MS Research Australia (MSRA), which was founded in 2004 by Simon McKeon. As McKeon remains MS Research Australia’s patron, Miles has had the opportunity to work in close concert with him over the past five years. During Miles’ tenure as CEO, MSRA has received a number of awards, which are summarised below.

In 2015 MS Research was awarded ‘Charity of the Year’ by the Australian Charity Awards, and in the same year was recognised with a ‘Highly Commended’ award in the Small Budget/Pro Bono category at the 39th Public Relations Institute of Australia (PRIA) Golden Target Awards. The 2015 Fundraising Institute of Australia Awards also paid tribute to MS Research Australia’s fundraising initiative ‘Kiss Goodbye to MS’ with a Highly Commended Award.

The following year, in 2016, The Fundraising Institute of Australia again recognised the work of ‘Kiss Goodbye to MS’ with the award for ‘Most Effective Creative Campaign’, as well as the ‘Special Events Award’ for an organisation with under $5 million in revenue. MS Research Australia was also recognised again at The Australian Charity Awards with an ‘Outstanding Achievement’ award.

During this two year period (from 2015 to 2016), Miles was himself awarded the Harvard Club of Australia Not for Profit Fellowship (in 2015), and subsequently shortlisted for ‘Not for Profit Executive of the Year’ by CEO magazine in 2016.

In 2017, MS Research Australia was recognised at the Telstra Australian Business Awards with prizes for ‘Australian Charity of the Year’, ‘NSW Charity of the Year’, and ‘NSW Business of the Year’. In the same year, MSRA was again recognised by The Australian Charity Awards with an ‘Outstanding Achievement Award’ for the third year running.

In the time that Miles has been CEO of MS Research Australia, the organisation has also played a crucial role in funding efforts which have led to significant Australian scientific breakthroughs in the fight against Multiple Sclerosis. 2017 saw the discovery of a blood biomarker for MS, a finding which will enable the development of a blood test to assist doctors in quickly determining what type of MS a patient has with a high degree of accuracy. In the same year, MS Research Australia co-funded a three-year, $750 000 multiple sclerosis research fellowship for the University of Tasmania’s Menzies Institute for Medical Research, with the aim of furthering research into developing treatments for MS.

Matthew Miles is the great-nephew of Sydney legend, Bea Miles, who has been described as Sydney’s most renowned eccentric of the twentieth century. Bea Miles has been the subject of numerous books (including Lilian’s Story, a bestseller by award-winning author Kate Grenville, loosely based on Bea’s life, which was later adapted into a film starring Ruth Cracknell, Toni Collette, and Barry Otto) and short stories, as well as a play starring Toni Lamond. Miles’ grandfather, Arthur William Miles, and great-uncle, John (Jack) Miles, were part owners and managers of George Street’s Peapes Menswear, a landmark gentleman’s department store of the late-nineteenth and early-twentieth centuries.

Christian Lous Lange

Christian Lous Lange (17. september 1869 i Stavanger – 11. december 1938 i Oslo) var en norsk fredspolitiker.

Lange blev cand. mag. 1893. Efter et længere studieophold i udlandet blev han Lærer ved forskellige højere Skoler i Kristiania og har indtil 1906 dyrket pædagogiske interesser ved siden af den gerning, der skulle blive hans livsopgave. 1899 blev han opfordret til at overtage stillingen som sekretær ved den 9. interparlamentariske konference, afholdt i Kria 2.—4. Aug. 1899. Herved kom han i nærmere berøring med Fredsarbejdets Mænd i og uden for Norge, og da Nobel-Stiftelsen 1900 begyndte sin Virksomhed, fandtes han selvskreven til at blive Nobel-Komiteens og senere tillige Nobel-Instituttets Sekretær, Bibliotekar og Forretningsfører. Sammen med Minister Francis Hagerup og Stortingsmand J. Grieg repræsenterede L. Norge ved den internationale Fredskonference i Haag sommeren 1907. Sin indflydelsesrige Stilling ved Nobel-Stiftelsen bibeholdt han indtil Udgangen af 1909. Fra 1. Juli s. A. blev han ansat som Generalsekretær for det interparlamentariske Verdensforbund, hvis Bureau og Virksomhed — reorganiseret ved Lange — henlagdes til Bryssel. For fremdeles at have ham knyttet til Nobel-Stiftelsen blev han ved sin fratræden som en særlig udmærkelse og anerkendelse af hans dygtige administrative Arbejde ved denne udnævnt til honorær konsulent i Fredssagens Historie ved Instituttet. Foruden talrige Korrespondancer og Afhandlinger i inden- og udenlandske tidsskrifter og i dagspressen om Fredsbevægelsen og aktuelle politiske spørgsmål har L. sammen med H. Schjøth skrevet en anset »Lærebok i Verdenshistorie fra Oldtidens Slutning til vore Dage«. Ved Udbruddet af Verdenskrigen blev det interparlamentariske Forbunds Virksomhed foreløbig afbrudt og L. flyttede tilbage til Norge. Med stor Dygtighed evnede han dog under krigen at forhindre en hel Opløsning af Forbundet, således at dette kort efter Fredsslutningen har kunnet genoptage sin virksomhed — fra nu af med Hovedsæde i Genf. Her har L. også repræsenteret Norge ved de første Delegeretmøder i »Folkenes Forbund«. — L. tog 1919 Doktorgraden ved Kria Univ. på et stort hist. Arbejde: Histoire de l’internationalisme, I, Jusqu’ à la paix de Westphalie. 1921 fik han Halvdelen af Nobelprisen.

Allan Woodman

Allan Charles Woodman (né le à Winnipeg au Canada — mort le 17 mars 1963 à Winnipeg) est un joueur canadien de hockey sur glace qui évoluait au poste de rover.

Woodman rejoint les Falcons de Winnipeg en 1919 après la Première Guerre mondiale. Il participe à la saison 1919-1920 où les Falcons remportent la Coupe Allan. Cette victoire lui permet avec son équipe de participer au premier tournoi de hockey sur glace olympique, les canadiens décidant d’envoyer l’équipe vainqueur de la Coupe Allan pour représenter leur pays plutôt qu’une sélection des meilleurs joueurs. Le Canada y remporte la première médaille d’or olympique de l’histoire du hockey sur glace.

Pour les significations des abréviations, voir statistiques du hockey sur glace.

René Møller

René Møller (* 15. Februar 1946 in Sorø; † 23. August 1994) war ein dänischer Fußballspieler.

René Møller wurde im Februar 1946 im dänischen Sorø geboren. Er begann seine Karriere im Jahr 1964 beim Randers Sportsklub Freja. Im Dezember 1967 wechselte Møller nach Schottland zu Heart of Midlothian. Sein Debüt gab er für die Hearts am 10. Februar 1968 gegen den FC Aberdeen. Mit den Hearts erreichte er 1968 das schottische Pokalfinale das gegen Dunfermline Athletic verloren wurde. Nach insgesamt 53 Ligaspielen und 12 Treffern verließ er den Verein am Saisonende 1969/70 und wechselte zurück nach Dänemark.

René Møller spielte in den Jahren 1966 und 1967 für die U-21 und A-Nationalmannschaft von Dänemark. Am 17. September 1966 gab der Stürmer sein Debüt in der U-21 gegen Finnland. Møller traf dabei zum 4:0 Endstand. Nur vier Tage später debütierte er auch in der A-Nationalmannschaft im EM-Qualifikationsspiel für die anstehende Europameisterschaft 1968 gegen Ungarn in Budapest. In seinem zweiten Länderspieleinsatz im Oktober 1966 gegen Israel konnte Møller sein erstes und zugleich letztes Tor im Trikot der A-Elf erzielen. Das letzte Länderspiel absolvierte Møller am 4. Juni 1967 gegen die Nationalmannschaft der DDR in Kopenhagen.

Anguloa

Anguloa es un género con unas 11 especies de orquídeas epífitas simpodiales. Se distribuyen en las selvas húmedas de las montañas de Suramérica. Se la conoce como la “Orquídea Tulipán ” y está muy próxima al género Lycaste.

Son orquídeas grandes de tamaño, de hábitos terrestres, y a veces epífitas con pseudobulbos carnosos mayores de 20 cm. Las hojas son grandes, lanceoladas y picudas y en una planta de desarrollo pleno pueden alcanzar más de 1 m de longitud. De la base de cada pseudobulbo se desarrollan de 2 a 4 hojas. Las hojas son caducas, y se mudan al inicio de cada nuevo desarrollo.

Las flores de estas orquídeas tienen una apariencia cerea y presentan dos gradientes de color : blanco verdoso y de amarillo a rojo. Una sola flor en la inflorescencia surge desde la base de cada nuevo pseudobulbo. Las Anguloas blancas tienen 6 inflorescencias por pseudobulbo, las otras pueden producir 12 inflorescencias. Los sépalos tienen forma bulbosa, semejando un tulipán. El labelo es trilobulado. La columna tiene 4 polinias.

Las flores tienen una fuerte fragancia a canela.

Se desarrollan en las selvas húmedas de las montañas de Colombia, Venezuela, Ecuador y Perú. Pueden ser Terrestres o epífitas.

El género fue descrito por Ruiz y Pav. y publicado en Florae Peruvianae, et Chilensis Prodromus 118. 1794.​

El nombre Anguloa (abreviado Ang.), le fue dado en honor de “Francisco de Angulo”, director de las minas de Perú y un aficionado a las orquídeas del tiempo en que llegaron Ruiz y Pav. a ese país.​

Nombre común:

Especie tipo: Anguloa uniflora Ruiz & Pavon 1798

AnyLogic

AnyLogic est l’outil de simulation développé par The AnyLogic Company. AnyLogic possède un langage de modélisation graphique et facilite également l’extension du modèle de simulation avec le code Java. L’édition PLE d’AnyLogic est disponible gratuitement pour un usage pédagogique.

Dans le domaine informatique, au début des années 1990, il y eut un grand intérêt pour l’utilisation d’une approche mathématique dans la modélisation de processus parallèles. Cette approche a été appliquée également à l’analyse de programmes parallèles et distribués. Le groupe de chercheurs de l’Université Technique de Saint-Petersbourg développa alors un logiciel pour l’analyse de justesse de système; le nouvel outil fut nommé COVERS (Vérification Parallèle et Modélisation). Le système des processus analysés a été spécifié graphiquement, à l’aide de la description de la structure et du comportement des composants parallèles qui peuvent interagir avec l’environnement et d’autres processus. L’outil a été utilisé dans des projets de recherches de la société Hewlett-Packard.

En 1998, compte tenu du succès des résultats de cette recherche, les chercheurs ont mis sur pied une société commerciale qui avait pour mission de créer un logiciel nouveau de simulation dynamique. Le développement devait porter sur l’application des méthodes de simulation de systèmes stochastiques et d’optimisation et de visualisation de la modélisation. Le nouveau logiciel fut mis sur le marché en 2000, il tient compte des dernières avancées dans la technologie de l’information : approche orientée objet, éléments du standard UML, programmation Java, Interfaces Graphiques d’Utilisateur (GUI) modernes, etc.

AnyLogic est un outil de simulation pouvant avoir pour support ces différents types de modélisation et de simulation :

La version 4 – Anylogic 4.0 – a été assignée, comme la continuation de la numérotation des versions du développement précédent – COVERS 3.0. Une étape importante a été franchie en 2003, quand est sortie la version AnyLogic 5, orientée à la simulation de processus en business. Avec AnyLogic 5, il est possible de développer des modèles pour les applications suivantes:

La dernière version est AnyLogic 7, sortie le janvier 2014. Elle est écrite en langage de programmation Java dans l’environnement de développement intégré Eclipse. AnyLogic fonctionne sur la plupart des Systèmes d’Exploitation : Windows, Mac OS, Linux. La version 7.2 d’AnyLogic est sortie en 2015, avec une base de données intégrée ainsi que la bibliothèque de fluide. L’édition gratuite Personnal Learning Edition (PLE), est également sortie en 2015.

La nouvelle bibliothèque de trafic routier est sortie en 2016, en même temps que la version 7.3 d’AnyLogic.

AnyLogic comprend le langage de modélisation graphique et il permet aussi à l’utilisateur d’effectuer des modèles de simulation avec le code Java. La nature de l’utilisation de Java dans AnyLogic est liée à l’extension de modèles personnalisés via le codage en Java, aussi bien qu’à la création d’applettes Java, qui peuvent être ouvertes avec n’importe quel navigateur standard. Ces applettes rendent les modèles AnyLogic très faciles à partager ou à placer sur des sites Web. En plus des applettes, la version Professionnelle permet la création d’applications indépendantes Java qui peuvent être distribuées aux utilisateurs. Ces applications Java peuvent servir de base comme outil d‘aide à la décision.

Les modèles AnyLogic peuvent être basés sur n’importe quel paradigme de simulation : Événement discret ou centrés sur des processus (DE), Dynamique de systèmes (SD) et Systèmes Multi-agents (SMA).

La dynamique de systèmes et l’événement discret sont des approches de simulation traditionnelles. Quant à SMA, il s’agit d’une nouvelle approche. Techniquement, la dynamique de système s’apparente surtout à des méthodes de simulation de processus continus, tandis que par l’approche “événement discret”, nous comprenons tous les descendants de GPSS aussi connus comme l’approche de simulation centrée sur des processus et SMA basé surtout sur le temps discret, c’est-à-dire sur le saut d’un événement à un autre.

La dynamique des systèmes et la simulation à événements discrets ont été enseignées historiquement à des groupes très différents d’étudiants, soit dans les universités spécialisées dans l’économie et la gestion, soit à des étudiants d’écoles d’ingénieurs et de recherches opérationnelles. Et la conséquence est que ces communautés distinctes ne se parlent jamais l’une à l’autre.

Les Systèmes Multi – Agents ont été, jusqu’à récemment, presque purement un sujet universitaire. Cependant, la demande croissante de l’optimisation globale des processus en business oblige des modeleurs à s’intéresser à des approches combinées en vue d’obtenir une vision plus profonde des processus interdépendants complexes et de nature très différente.

La dynamique des systèmes traitant des ensembles agrégés est évidemment utilisée au niveau d’abstraction le plus haut. La modélisation par événement discrets est utilisée à l’échelle basse et moyenne d’abstraction. Quant à SMA, cette technique est utilisée à travers tous les niveaux d’abstraction et d’agents peuvent être des objets de modèles de nature très diverse par rapport à l’échelle : les agents de niveau “physiques” peuvent être par exemple des piétons ou des voitures ou des robots, au niveau moyen – des clients, au niveau le plus haut – des sociétés concurrentes.

AnyLogic permet au modélisateur de combiner ces approches de simulation dans le même modèle. Il n’y a aucune hiérarchie fixe. Ainsi, par exemple, on pourrait créer un modèle d’industrie expédiant des paquets où les transporteurs sont modélisés comme des agents qui agissent/réagissent indépendamment, tandis que les fonctionnements internes de leurs systèmes de transport et des réseaux d’infrastructure pourraient être modélisés par approche de simulation à événements discrets. De même, on peut modéliser des consommateurs comme des agents dont le comportement global alimente un modèle de dynamique de systèmes de flux tout comme des revenus ou des coûts qui ne doivent pas être liés aux agents individuels. Cette approche de langage combinée est directement applicable à une large variété de problèmes complexes qui peuvent être modélisés via chaque approche indépendamment ou bien avec de leurs combinaisons.

Le langage de simulation AnyLogic est composé des éléments suivants:

Le langage inclut aussi le niveau bas de constructions de la modélisation (variables, équations, paramètres, événements etc.), les formes de présentation (lignes, polylignes, ovales etc.), moyens d’analyse (ensembles de données, histogrammes, graphiques), outils de connectivité, images standard et les outils d’expérimentations.

AnyLogic inclut les bibliothèques standard suivantes:

À côté de bibliothèques standard, l’utilisateur peut créer ses propres bibliothèques et les distribuer.

AnyLogic prend en charge des animations interactives en 2D et en 3D.

AnyLogic permet aux utilisateurs d’importer des dessins CAO sous la forme de fichiers .DFX, puis de visualiser les modèles par-dessus ceux-ci. Cette fonction peut être utilisée pour l’animation de processus dans des objets tels que des usines, des entrepôts, des hôpitaux, etc. Elle est principalement utilisée dans les modèles par Évènements discrets (basés sur les processus), dans les secteurs de la fabrication, de la santé, du génie civil et de la construction. Le logiciel AnyLogic prend également en charge les animations 3D et comprend une collection d’objets 3D prêts à l’emploi, pour des animations relatives à différents secteurs, y compris le bâtiment, le transport routier, ferroviaire et maritime, l’énergie, les entrepôts, les hôpitaux, les équipements, les éléments en rapport avec les aéroports, les éléments en rapport avec les supermarchés, les grues et d’autres objets.

Les modèles peuvent comprendre une interface utilisateur personnalisée permettant aux utilisateurs de configurer les expériences et de modifier les données d’entrée.

Les modèles AnyLogic peuvent se servir de cartes pour leur présentation, ce qui est souvent demandé dans les secteurs de supply chain, de la logistique et du transport. Le logiciel AnyLogic est compatible avec le SHP d’Esri, la norme traditionnelle de carte, basée sur un fichier de forme. De plus, AnyLogic prend en charge les tile maps des fournisseurs en ligne gratuits, dont OpenStreetMap. Les tile maps permettent notamment au modeleur d’utiliser des données cartographiques dans les modèles et de créer automatiquement des parcours géo spatiaux pour les agents. Les principales fonctionnalités de tile map dans AnyLogic comprennent :

Il est possible d’exporter un modèle AnyLogic sous la forme d’une application Java pouvant être exécutée séparément, ou bien intégrée à un autre logiciel. Il est également possible d’intégrer un modèle AnyLogic exporté dans d’autres parties du logiciel et de s’en servir comme d’un module supplémentaire dans les systèmes ERP, MRP et TMS. Une autre utilisation typique consiste à intégrer un modèle AnyLogic à des fichiers TXT, MS Excel ou MS Access et à des bases de données, (MS SQL, My SQL, Oracle,…). Les modèles AnyLogic incluent également leur propre base de données, fonctionnant sous HSQLBD.

Depuis 2015, l’édition gratuite Personnal Learning Edition (PLE) d’AnyLogic est disponible gratuitement pour un usage pédagogique. La licence PLE est perpétuelle, mais la taille des modèles créés est limitée.

Pour la recherche publique dans les établissements universitaires, les utilisateurs peuvent bénéficier d’une licence de chercheur universitaire à prix réduit, où la taille des modèles n’est pas limitée et qui dispose de nombreuses fonctionnalités d’une licence professionnelle.

AnyLogic ne comprend pas de bibliothèque spécifiquement dédiée à la simulation des supply chains car The AnyLogic Company s’est servi de ses efforts de développement dans ce domaine pour créer un outil logiciel spécifique : anyLogistix. Ce produit dérivé a été lancé en 2014 sous l’appellation AnyLogic Logistics Network Manager, puis a été renommé anyLogistix en 2015.

anyLogistix utilise GIS, le moteur AnyLogic, ainsi que la nouvelle interface graphique destinée à l’industrie. Il inclut également des algorithmes et des techniques spécifiques à la conception et l’optimisation de la supply chain. anyLogistix est entièrement intégré avec AnyLogic. Ce dernier peut par exemple être utilisé pour la personnalisation des objets dans anyLogistix, notamment les entrepôts, les sites de production, les fournisseurs, les stocks, l’approvisionnement et les politiques de transports.

Martin Kušej

Vous pouvez

Martin Kušej (né le à Wolfsberg) est un metteur en scène autrichien.

Formé à Graz, d’abord en langue et littérature allemande, puis en mise en scène, Martin Kušej commence sa carrière en tant qu’assistant à Salzbourg et Ljubljana avant de signer ses propres réalisations à partir de 1987. En 1990, il fonde le groupe « My friend Martin » avec le décorateur Martin Zehetgruber et la dramaturge Sylvia Brandl, travaillant notamment pour le Steirischer Herbst Festival de Graz et le Mittelfest Festival de Cividale, en Italie.

Invité par les principales scènes allemandes et autrichiennes (Residenztheater de Munich, Volksbühne de Berlin, Thalia Theater et Deutsches Schauspielhaus de Hambourg, Burgtheater de Vienne), il met en scène aussi bien des classiques comme Shakespeare, Schiller, Kleist, Strindberg ou Feydeau que des auteurs contemporains tels que Enzensberger, Müller ou Jahnn.

Depuis plusieurs saisons, il entretient une étroite collaboration avec le Staatstheater de Stuttgart : Œdipe de Sophocle, Purifiés de Sarah Kane, Herzog Theodor von Gothland de Grabbe, Hamlet de Shakespeare, en coproduction avec le Festival de Salzbourg où il occupe le poste de directeur tant pour le théâtre parlé que pour l’opéra (King Arthur de Purcell, Fidelio de Beethoven, Al gran sole carico d’amore de Nono, Giulio Cesare de Haendel, Otello de Verdi, Die Gezeichneten de Schreker). Dans l’univers lyrique, il est aussi l’invité de l’Opéra de Zurich (Salomé et Elektra de Strauss, La Flûte enchantée de Mozart), du Staatsoper Unter den Linden de Berlin (Carmen de Bizet), du Festival de Salzbourg (Don Giovanni et La Clémence de Titus de Mozart avec Nikolaus Harnoncourt au pupitre) et de l’Opéra d’Amsterdam (Lady Macbeth de Mtsensk de Chostakovitch).

Ses dernières (ou futures) mises en scène sont : Die Gezeichneten de Schreker à l’Opéra d’Amsterdam et Woyzeck de Büchner au Residenztheater de Munich en 2007, Macbeth de Verdi au Staatsoper de Munich et The Rake’s Progress de Stravinsky au Theater an der Wien de Vienne en 2008 ; Lady Macbeth de Mzensk de Chostakovitch à l’Opéra de Paris, Moïse et Aron de Schoenberg à la Scala de Milan.