Démographie de la Serbie

Cet article contient des statistiques sur la démographie de la Serbie.

L’institut de Statistique de Serbie a hérité des catégories instituées par la Yougoslavie de Tito. Leurs critères ne sont pas forcément ceux des linguistes et des démographes internationaux, car ils introduisent des notions politiques dans la reconnaissance culturelle. Par exemple, la définition d’une nationalité (“narodni”) Monténégrine différente de la Serbe (alors que les uns comme les autres sont de langue serbocroate et de religion orthodoxe), ou Macédonienne différente de la Bulgare (alors que les uns comme les autres sont bulgarophones et orthodoxes), ou Serbe de langue romane différente de la Roumaine (alors que les uns comme les autres sont roumanophones et orthodoxes), répondent à des critères purement politiques: il s’agissait de justifier l’autonomie du Monténégro au sein de la Yougoslavie, l’appartenance de la Macédoine à cette même Yougoslavie, et dans le cas des Roumains, l’accord de reconnaissance réciproque des minorités avec la Roumanie portait uniquement sur les populations de Voïvodine et du Banat, mais pas sur celles des Portes de Fer de part et d’autre du Danube. Enfin, la définition tardive d’une nationalité “Musulmane” (sur critère religieux, dans un pays communiste) concernait seulement les serbocroates musulmans de Bosnie-Herzégovine mais pas ceux de Serbie ou du Monténégro : ces derniers, surnommés “goranes”, n’apparaissaient donc pas dans les chiffres. [réf. nécessaire]

p : résultats préliminaires

La diaspora serbe est la plus importante d’Europe[réf. nécessaire]. Elle représente environ 4 millions de personnes et a réinvesti en Serbie via des transferts 2,4 milliards de dollars des États-Unis en 2005.

VIe et VIIIe siècles

1867

1868

1880

2002

2002

2002

Uncategorized